On met quoi dans la valise?

Valise pour départ

Bon Ok le départ n’est que dans 11 jours.. mais il n’est jamais trop tôt pour s’assurer de ne rien oublier dans sa valise!
Alors voyons si nous avons pensé à tout 🙂

summerseason (2)

  • Passeport valide (Pas de visa pour des séjours inférieurs à 3 mois)
  • Une garantie de rapatriement
  • Un billet d’avion aller-retour (c’est quand même la base :))
  • Vaccination contre la fièvre jaune
  • Répulsif anti-moustiques et insecticide pour éviter le paludisme
  • Des vêtements manches longues et des pantalons, toujours pour éviter les piqûres de moustique à la tombée de la nuit
  • Une trousse à pharmacie et de la crème solaire
  • De bonnes chaussures de marche
  • Des vêtements légers, des lunettes de soleil et une casquette
  • Un appareil photo/caméra, nos téléphones et ordinateurs
  • Le guide du routard 🙂
  • Notre amie Laila! Elle se joint à nous, non pas pour l’étude business mais plutôt pour le tourisme 🙂

J’ai l’impression que tout y est! Enfin j’espère!
Le plus important c’est surtout d’apporter avec nous notre motivation et notre passion! (heuu un maillot de bain aussi).
On aimerait également apporter des jouets dans nos valises pour des associations…affaire à suivre

Au plaisir de faire ta connaissance cher Sénégal 🙂

Monia

“La passion fournit les arguments incontestables pour contourner les obstacles.”
Antoine Riboud

De belles rencontres en perspective!

De belles rencontres à venir

Au fur et à mesure de nos recherches sur le Sénégal et ses challenges, nous avons découvert des entrepreneurs extraordinaires, issus ou non de la diaspora. On ne pouvait pas aller au Sénégal et découvrir le terrain sans les rencontrer!!!

Mon outil préféré pour « réseauter »: Linkedin! Je les ai donc contacté en leur expliquant notre projet. TOUS, sans exception, ont été ravi de notre démarche et ont accepté de nous rencontrer pour échanger sur leur expérience ainsi que les problématiques inhérents à leur marché.

Parmi ces entrepreneurs, on peut citer:

– Awa Kaba, SOORETUL: Plateforme e-commerce qui permet aux producteurs sénégalais d’écouler leurs marchandises en ligne tout en œuvrant pour créer de l’emploi pour des femmes qui exploitent les produits locaux.
– Mor Niane, SUNUBUS: Application collaborative de localisation de bus et des lignes de transport.
– Adama Kane, JOKKOSANTE: Pharmacie digitale communautaire.
– BAIDY SY, Digital Transformation & Cybersecurity Advisor
– Ibrahima Nour Eddine Diagne, GAINDE 2000: Constructeur et opérateur de guichet unique; Fournisseur de solutions de paiement électronique ; Réalisateur de plateformes de dématérialisation; Fournisseur de solution de sécurité digitale.
– Malick Diouf, LAFRICAMOBILE: Première plateforme de communication digitale et multicanale pour interagir avec l’audience africaine et la diaspora.

On a également contacté les incubateurs de start-up, CONCREE et le CTIC. Ils ont généreusement accepter de nous ouvrir leurs portes.
Et c’est pas fini! Nous sommes en attente d’autres RDV :). Et puis, au cours de ce premier voyage au Sénégal nous allons aller à la rencontre des locaux, discuter et échanger le plus possible pour ne pas en perdre une miette 😉

Wouaw! Quel programme! On a hâte d’en apprendre plus! C’est tellement stimulant et intéressant!
A très vite pour la suite 🙂

Monia

“Mêmes les rencontres de hasard sont dues à des liens noués dans des vies antérieures… tout est déterminé par le karma. Même pour des choses insignifiantes, le hasard n’existe pas”
Haruki Murakami 

Le plan

plan-2372176_1920

Ben voilà on y est! C’est bien mais on procède comment? On a du temps et beaucoup de motivation mais aucune stratégie, même pas la vague idée d’un plan. Heuuu on serait pas un peu fou les gars?!

hundesport-700819_1920.jpg
C’est un peu nous en ce moment 🙂

Pas de panique, on peut le faire! On s’est dit que la première étape était d’aller sur le terrain pour mieux appréhender les problématiques et les besoins du pays. On ne s’est pas imposé de limites dans le sens où tous les secteurs sont envisagés.
Des idées de business? On en a pleins! Mais attention DANGER!!! Il ne faut surtout pas que l’on parte d’idées, on risque de foncer droit dans le mur. Il faut que nous partions d’une problématique et que nous développions une solution pour la résoudre. Sauf que les problématiques au Sénégal, on ne les connait pas vraiment. Voila pourquoi, ni une ni deux, on a réservé nos billets d’avion: départ le 3 avril et retour le 24 avril!
3 semaines c’est un bon début pour s’immerger dans le pays. On sera logé chez la famille de Mathy, aux environs de Dakar. C’est une chance extraordinaire de pouvoir plonger dans le quotidien d’une famille sénégalaise: MERCI MATHY 🙂

On s’est fixé plusieurs objectifs. Avant le départ, chacun d’entre nous doit étudier les secteurs d’activité qui lui ont été attribué. Par exemple, moi je m’occupe de l’agriculture, de la mode ou encore de l’industrie textile. Mathy se concentre sur la santé, l’éducation et l’artisanat. Quand à Edouard, il analyse les domaines du tourisme, de l’import/export et du transport. Ceci est une liste non exhaustive. Autant dire qu’on a du boulot!

On a pris la décision de placer le numérique au cœur de notre plan d’action. En somme, nous appréhendons tous les secteurs cités ci-dessous sous un angle digital. En effet, Le numérique est un des moteurs de la croissance de l’économie nationale et nous souhaitons tirer avantage de cette opportunité. Le Sénégal a instauré le plan Sénégal numérique 2016-2025 dont le slogan est « le numérique pour tous et pour tous les usages en 2025 au Sénégal avec un secteur privé dynamique et innovant dans un écosystème performant »

Pour en savoir le plus possible sur les différents marchés et la création d’entreprise au Sénégal, nous avons également contacté différents acteurs que nous rencontrerons une fois là-bas mais chuuuttt vous en saurez plus très prochainement 😉

Monia

« Ce qu’on appelle stratégie consiste essentiellement à passer les rivières sur des ponts et à franchir les montagnes par les cols »
Winston Churchill

African dream

« Le berceau du monde » pour terre d’accueil de notre projet entrepreneurial? L’idée est apparue très vite. Je suis franco-algérienne et Mathy franco-sénégalaise.
Nous sommes indubitablement liées à l’Afrique. On avait envie de s’engager pour le développement du continent. Quand à Edouard, il a tout de suite été emballé par l’idée.

L’Algérie et le Sénégal étaient ainsi des points de départ indéniables. Notre choix s’est vite arrêté sur le Sénégal pour diverses raisons. Au delà du climat et de la qualité de vie, la famille de Mathy vit à Dakar. Elle est en grande partie entrepreneur et nous ouvre donc un réseau ainsi que les codes de la culture business du pays. Le Sénégal est un pays stable politiquement et le gouvernement a récemment lancé une politique d’ouverture pour attirer les investisseurs et les entrepreneurs. Et puis au Sénégal on parle français! Ça nous facilitera beaucoup de choses, plutôt cool non?!

Sur le papier, c’est bien beau tout ça mais en réalité ni moi, Edouard ou Mathy (pourtant sénégalaise) ne connait le terrain business là-bas. On se lance vraiment dans l’inconnu mais je sens qu’on va en apprendre beaucoup! Des 3, c’est moi la plus enthousiaste. Pas qu’ils ne soient pas motivés ou heureux de ce nouveau challenge, mais il faut dire que je suis celle qui s’emballe le plus et montre le plus d’excitation. Heureusement qu’ils sont là pour me remettre les pieds sur terre 🙂

Vous voulez en savoir plus? C’est pas ici: Le plan…

Monia

« Il va falloir rêver car, pour que les choses deviennent possibles, il faut d’abord les rêver »
Madeleine Chapsal

Les copains d’abord

migration-3129340_1920

Quitter son job: check! Ok, et maintenant?!

Tiens, autour de moi 2 amis purs crus de la génération Y se posent les mêmes questions que moi…et si on se lançait ensemble? Trois cerveaux vaut mieux qu’un et puis faire des « brainstorming » et  refaire le monde avec ses potes c’est un programme qui me parle.
Je vous présente Mathy, franco-sénégalaise (vous l’aurez compris: point primordial pour la suite de notre histoire :)). On a fait notre thèse dans le même centre de recherche à Montpellier. Et voici Edouard, rencontré au cours de mon étape nancéenne. Il est diplômé d’une école de commerce et a une première expérience en transport-logistique. Il est passionné par la géographie, l’histoire, l’économie et la géopolitique (et la musique!).
Mes copains et moi on se complète et on a le même objectif :). On a des caractères bien trempés…l’aventure risque d’être pleines de surprises! J’ai hâte de commencer, et même si l’aventure ne débouche pas sur la création d’un business, nous vivrons un beau voyage.

Et le Sénégal dans tout ça? C’est quand même le titre du blog…dans mon prochain article je vous expliquerai pourquoi le Sénégal c’est d’la balle! Bienvenu(e)s dans notre African dream

Monia

« Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir »
Confucius

Le passage à l’acte

Tout allait bien, super job, super ville, super salaire! Mais il me manquait quelque chose…toujours cette petite voix dans ma tête: « et si t’avais ton projet à toi » « t’en as pas marre de bosser pour les autres » « métro, boulot, dodo… » « plus de hiérarchie? le pied! »… Comment la faire taire??!!!! Tout simplement, j’ai quitté mon job!

cropped-frog-1059816_19202.jpg

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours voulu avoir « mon truc à moi ». Mais je me suis toujours dis « on verra plus tard », « ce n’est pas le moment », « je n’ai pas assez d’argent », « j’ai un CDI quand même! », « c’est pour les autres », « et mon loyer, j’le paye comment?? »…. Bref, toujours pleins d’excuses derrière lesquelles je me cachais. Parce que dans le fond, je savais pourquoi je n’y allais pas: la PEUR! La peur de sortir de mon petit confort et surtout de me planter. Et si ça ne marchait pas? Quel drame! Je ne pouvais pas l’envisager. Et puis de toute façon je n’avais pas d’idées. Ok je balance tout, mais pour faire quoi? Faire du fromage dans le Larzac?! Soyons sérieux, j’ai toujours eu des jobs qui me plaisaient alors pourquoi prendre le risque de partir…

Ah oui, avant de continuer, je ne me suis pas vraiment présentée :). Je suis Monia, j’ai 34 ans et je vis à Montpellier. Je suis née à Blanc-Mesnil dans le 93. J’ai fait un doctorat en biologie mais j’ai vite déchanté quand il a fallu trouver du boulot dans la recherche. Et comme il n’est jamais trop tard, j’ai repris mes études! J’ai fait un MBA en Management des Affaires Internationales pour faire mes armes au cas où je monterais mon business un jour :). Puis j’ai bossé, à Paris, Nancy et Nîmes. Mon truc à moi? Le marketing & la communication, j’adore!

Tout allait bien, super job, super ville, super salaire! Mais il me manquait quelque chose…toujours cette petite voix dans ma tête: « et si t’avais ton projet à toi » « t’en as pas marre de bosser pour les autres » « métro, boulot, dodo… » « plus de hiérarchie? le rêve! »… Comment la faire taire??!!!! Tout simplement, j’ai quitté mon job!

Par chance, je n’allais pas changer de vie seule….Les copains d’abord

Monia

« Le monde déteste le changement, c’est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser »
Charles F. Kettering