OuiCarry

profil_ouicarry

Samedi 14 avril, Dakar

Aujourd’hui, direction le centre de Dakar pour une rencontre avec Oumar YAM, co-fondateur de la société OuiCarry. Armé(e)s de notre appareil photo caméra, de notre calepin et surtout de notre enthousiasme pour ce deuxième RDV entrepreneurial, nous arrivons avec 15min d’avance. Oumar nous réserve un accueil chaleureux et nous invite à s’installer dans son bureau. Auparavant il s’agissait de la salle de réunion, mais l’équipe s’étant rapidement agrandie au cours des deux dernières années, la pièce n’était plus adaptée !

oumar-yam.jpg
Oumar Yam, co-fondateur de OuiCarry

OuiCarry est une SAS fondée en 2012 par Oumar YAM, Youssou NDIAYE et Olab ADJOVI. Aujourd’hui, l’entreprise compte 20 personnes. Elle propose un service de livraison qui fait le lien entre des sites de vente en ligne internationaux et des particuliers au Sénégal, et désormais aussi des entreprises. Envie de cette robe vue sur le site de Zara ou de ce smartphone sur Amazon, mais impossible de se faire livrer directement chez vous au Sénégal ? Aucun problème, vous payez en ligne en mettant l’adresse de OuiCarry en France, en Chine, ou aux USA. Une fois livrée dans sa succursale parisienne, ou via ses partenaires chinois et américains, l’entreprise organise l’acheminement jusqu’à Dakar, puis distribue les produits à travers tout le Sénégal. Vous n’avez pas de carte bancaire ? OuiCarry vous encaisse le montant du prix de l’article en cash et vous payez la prestation logistique à la livraison en cash ou par Orange Money.

Oumar a effectué un Master en Economie, spécialité transport et logistique, à l’Université de Montpellier. Rentré au Sénégal dans la foulée, il a dans un premier temps crée avec Youssou la société Speed Mail Service (entre temps devenue PanExpress), qui faisait de la livraison au niveau local. Assez vite, ils souhaitent s’internationaliser et concurrencer les « grands » de la livraison présents sur place, comme DHL, Bolloré ou La Poste, qui pratiquent des prix rédhibitoires pour la plupart des sénégalais. Oumar se rend également compte qu’il ne peut plus effectuer aussi facilement les achats en ligne qu’il réalisait lorsqu’il vivait en France, et doit souvent attendre plusieurs semaines avant que quelqu’un puisse lui ramener le colis. L’idée commence alors à germer. Olab, basé sur Paris, cherche des partenaires présents au Sénégal. Dans un 1er temps le projet est de concurrencer les colis GP, le seul système permettant de se faire livrer des produits non disponibles au Sénégal et à un coût abordable. Mais il faut souvent attendre des semaines avant l’arrivée du particulier qui voyage et transporte le colis avec lui. Cependant le business model n’est pas viable, et Speed Mail décide de se spécialiser sur la clientèle e-commerce : OuiCarry est née !

A partir de Dakar, la société livre en 24-48h partout au Sénégal. Elle utilise sa propre flotte pour livrer à Dakar, et un sous-traitant pour livrer en région. Contrairement à ce qui est souvent dit du Sénégal, la principale problématique de livraison (du moins pour OuiCarry) n’est pas l’adressage. L’entreprise connait parfaitement le terrain et avec un numéro de téléphone, arrive toujours à trouver son client. La difficulté est plutôt du côté du paiement, avec des personnes qui doivent sortir de chez eux à l’arrivée du coursier pour trouver l’argent ou faire la monnaie au bout de la rue.

Divisée en 3 départements, Logistique, Finance et Commercial, c’est la partie service client qui est la plus importante, car beaucoup de chemin reste à parcourir pour sensibiliser les consommateurs sénégalais au e-commerce (certains clients viennent même dans les locaux de OuiCarry pour décrire le produit qu’ils recherchent, car ils ne savent pas utiliser l’ordinateur et internet). Pour Oumar, c’est la principale force de OuiCarry, en plus de l’assurance transport proposée en cas de perte ou de casse.

Une partie de l'équipe de Ouicarry à Dakar
Une partie de l’équipe de OuiCarry à Dakar

Depuis 2012, 4000 personnes ont déjà utilisé le service, dont un grand nombre de « fidèles ». Les produits commandés sont principalement du textile (habits et chaussures) et de l’électronique. La majorité des commandes sont faites par e-mail, et le paiement réalisé en cash (90% des commandes). Les principales zones de consommation correspondent aux pôles universitaires (Dakar, Saint Louis, Ziguinchor et Touba) et à la ville de Saly (lieu de résidence de nombreux expatriés).

OuiCarry prévoit de se développer sur l’Afrique de l’Ouest. Le marché sénégalais est en effet encore trop petit pour qui compte réellement développer son business. L’internationalisation est donc une nécessité, même pour un marché de niche. L’entreprise a déjà testé son système au Mali, au Togo, au Bénin et en Côte d’Ivoire. Pour Oumar, une présence sur place nécessiterait une seconde levée de fonds (après une première levée début 2017, effectuée auprès de Teranga Capital). Une des principales problématiques au Sénégal reste la fiscalité des entreprises, assez lourde (on peut citer la patente, taxe sur les loyers qui va bientôt passer de 10 à 15%) ; pour faire simple, l’Etat ne fera pas de différence entre une startup qui n’est pas encore rentable et un grand groupe qui fait des bénéfices.

La société a démarré sa communication, comme de nombreuses startups ici, en misant sur Facebook et le bouche à oreille. Puis elle a élargi sa com avec un blog, une newsletter et en optimisant son référencement. Selon Oumar,  la principale difficulté est de trouver des compétences qui permettent de réaliser une com ciblée directement sur la clientèle visée par OuiCarry, dans la mesure où la société est un intermédiaire.

Parmi ses partenaires clés, OuiCarry compte la Sonatel (Orange), dont elle a remporté le prix Orange Fab en 2016. Cela lui a permis d’occuper des locaux dédiés et de bénéficier d’une importante visibilité, de conseils pour professionnaliser la startup, ainsi que d’un large carnet d’adresse. Nous avons en effet remarqué, depuis le début de nos recherches, qu’Orange est un partenaire quasi incontournable des startups qui se lance dans le digital ici.

Pour Oumar, le futur défi de la logistique régionale réside dans l’internationalisation. Il coûte aujourd’hui moins cher d’envoyer un courrier de Dakar à Paris que de Dakar à Bamako (Mali). Pourtant la sous-région est une Union Économique (et donc douanière), mais beaucoup de chemin reste à parcourir pour fluidifier les échanges.

OuiCarry héberge dans ses locaux les réunions de l’association des startups du Sénégal. Précurseur dans la nouvelle vague d’entreprenariat qui émerge, la société met en effet un point d’orgue à accueillir et aider les jeunes pousses dakaroises.

Nous avons passé un très bon moment et appris beaucoup de choses, qui nous seront très utiles dans le développement de notre projet. Merci OuiCarry, et bonne chance pour votre développement !

Edouard

Selfie avec Oumar Yam
Merci OuiCarry!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s